Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Formations cinéma documentaire à Lussas

Formations cinéma documentaire à Lussas

Ardèche Images propose des formations à l'écriture, à la réalisation et à la production documentaire.

Résidence d'écriture de Lussas (21 février - 15 avril 2011) : inscriptions jusqu'au 10 janvier

 

La formation s'adresse à tout auteur-réalisateur, y compris débutants. Les projets pouvant être retenus sont les documentaires de création. Ils devront donc refléter le point de vue de leur auteur. Le projet peut être présenté par un auteur-réalisateur qu’il bénéficie déjà ou non, de l'appui d'un producteur.

 

Voir "inscription en cours" à droite de l'écran.

 

 

L'individualité et le groupe

Des exercices quotidiens d’écriture et dans le même temps une expérience collective ou bien individuelle de projections puis de description de séquences ou de films documentaires (ce que je vois, ce que j’entends, ce que j’interprète), l’analyse de la matière du récit filmique et de son économie, l’appréhension de sa documentation, enfin l’apprentissage en commun de la prise en main des outils de l’image, du son, du montage, la pratique du matériel technique, ont amené les apprentis-chercheurs, dans la voie et dans le style qui leur sont absolument propre, à trouver réponse à cette question : 

-  à quoi peut-on croire, qu’est-ce qui est vrai ? 

Autrement dit : comment faire que par  la mise en scène de la réalité que j’ai à filmer au moment où je la filme, tout semble se dérouler de la manière la plus plausible du monde en même temps que cette vie filmée de tous les jours sache composer, afin que tout se réponde et prenne valeur de signes  ?   Ou encore : ne plus discerner l’imaginaire discret du vécu.

C’est évidemment sinon le problème du moins la question du documentaire.


Le croquis filmé 


En conséquence, la proposition de la réalisation d’un croquis filmé en relation avec le projet initial (petit film tourné, monté) est cette étape où chacun prend conscience de cette question : A quoi peut-on croire, qu’est-ce qui est vrai ?  Où chacun peut donc réfléchir purement sa situation, dans le projet qui l’occupe et ainsi en réordonner les données anciennes.

(Une projection en commun de ces petits films personnels, au centre du temps de l’atelier d’écriture permet d’oublier, de recommencer, de penser, de parler ensemble aussi : sans confidence et sans circonspection de se dire et de se redire ce qui ne va pas encore ).

 

 

Comment passer de la permanence illusoire d’un sujet à son abandon provisoire pour écrire ?

 


Lente transmutation du sujet : rejeter, modifier, modeler, revenir … Il y a sûrement un mauvais dieu qui contraint chacun d’entre nous à ne pas oublier ce faux dieu, celui qui nous fait éprouver l’idée d’un sujet initial et préalable à traiter. En même temps « ce besoin » d’une illusion de permanence » crée à son tour un besoin réel de structure et de forme… et dès lors, après l’exercice du croquis filmé, les sujets que nous convoquons ne sont plus des opinions, des sentiments, des prétextes, etc. mais des images promptes à vivre. Et dès lors (à nouveau) elles affluent : pourtant elles ne sont pas encore vraies. Les vraies viennent après : les vraies  ce sont celles qui arrivent au moment où l’on peut se dire à la fois « si peu de choses ont changé que tout redeviendra comme avant »  mais aussi « comme le temps à passé, elles ne redeviendront jamais comme avant, après qu’elles ont changé » . Et ces «  images là » que nous avons cherchées, tout à coup se fondent si intimement dans l’essence du récit à mener, qu’elles nous indiquent : c’est maintenant le moment d’écrire.

 

 

Marianne Frichaux


D'autres articles du blog sur La résidence d'écriture



Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :